Vendredi soir sur la terre

Pour Noël, j’ai reçu une guitare folk. J’avais envie de m’y mettre depuis un moment, tout en pensant que je n’aurais jamais le temps de le faire.

Finalement, j’ai décidé de m’y consacrer au moins 5 minutes par jour. Ce n’est vraiment pas beaucoup, mais c’était pour que cette nouvelle habitude ne puisse pas être perçue comme une contrainte. En effet, ces 5 minutes,  je peux les trouver tous les jours, même si je croule sous le travail ou d’autres activités. Et donc, passer ces 5 minutes à poser mes doigts sur les cordes est quelque chose d’uniquement agréable. Et ça m’évite de culpabiliser sur le fait de ne pas en faire assez.

Bien sûr, à ce rythme là, je ne vais pas faire de progrès très rapides, mais ça m’est égal. J’ai juste envie d’avoir la satisfaction d’en faire un peu, et que cela devienne un petit morceau de ma vie, et pas juste une lubie très vite abandonnée…

En fait, je devrais faire pareil avec mes papiers: me forcer à les avancer chacun 5 minutes par jour. Je ne sais pas si ça marcherait, mais je pourrais au moins essayer!

Sinon, ce soir mon chéri est à Berlin. Il profite d’une réunion de travail là-bas pour faire un peu de tourisme. Pour ne pas être en reste, j’ai emmené les enfants manger au restaurant en début de soirée. C’était rigolo: la directrice de leur école maternelle était dans le même restaurant, pour passer une soirée avec des copines. Les enfants étaient ravis d’aller lui faire un petit bisou. Et par ailleurs, ils se sont conduits comme des petits anges pendant tout le repas, ce qui n’était pas complètement prévisible, mais très agréable pour moi. Une bonne expérience!

Publicités

Quelques éléments descriptifs

En vieillissant, on s’accepte de mieux en mieux tel qu’on est, non?

Je suis d’accord, MAIS

Il y a tout de même des jours où c’est plus facile que d’autres.

Je me heurte en ce moment, chaque jour, à mes limites en ce qui concerne l’organisation de mon temps de travail.

Je sais ce que je devrais faire: me concentrer sur les choses essentielles, à savoir, mes papiers à écrire, et passer tout le reste en secondaire. Mais je n’y arrive pas. Je finis même par avoir l’impression que c’est complètement contraire à ma nature, de rédiger un article. Ben voyons…ET je ne comprends pas pourquoi je fais un blocage comme ça dessus. Je n’arrive pas à accorder à cette priorité l’importance qu’elle a.

Ce qui me vaut un peu d’introspection (histoire de perdre encore plus de temps), pour essayer de comprendre ce qui ne va pas chez moi (façon de parler bien sûr). Quelle curieuse mouche me pique et m’empêche de me concentrer juste quand il faut? Quelle envie cachée de ne pas arriver au bout de ce que je veux?

Voilà: en ce moment, j’ai juste l’impression que je n’arrive pas à aller au bout de ce que je veux. En recherche, comme dans ma vie à côté, par exemple en sport. Ca m’énerve. J’aimerais bien réussir à contredire ce trait de caractère.

 

 

 

 

Welcome 2017

Difficile de faire l’impasse sur le changement de chiffre dans le calendrier non?

On a passé de bonnes vacances de Noel, avec une semaine dans ma famille à Lille, suivie d’une fête de Noel dans notre maison avec ma mère et ma soeur, et un super réveillon avec des amis et des amis d’amis…

Maintenant, je me remets doucement en route pour la reprise du travail, demain. Pas de stress particulier, mais j’ai envie de ne plus me laisser déborder comme cet automne. Même si, avec quelques semaines de recul, je ne vois pas très bien ce que j’aurais pu faire, à part poser mon ordinateur le soir et me détendre, quitte à ne pas faire les cours comme j’en avais envie. Et ça c’est difficile à vraiment mettre en pratique, même si je sais bien que parfois, on peut faire moins et mieux à la fois….

En tout cas, pour les mois à venir, mon emploi du temps ne va dépendre presque que de moi, donc j’ai toute latitude pour faire comme il me parait bon. J’aimerais réussir à travailler vraiment en accord avec mes rythmes personnels.

D’ici environ cinq semaines, nous prenons aussi l’avion pour trois semaines de vacances au Chili. Je n’ai encore jamais fait de grand voyage comme ça pour le plaisir, et donc, évidemment pas avec les enfants. Une belle aventure en perspective. Pour le moment, je vois donc encore ce voyage un peu comme une sorte de rêve (même si de plus en plus concret!), et je pense surtout au voyage en avion, qui me stresse un peu. D’ici là, j’aimerais quand même me remettre un peu à l’espagnol, pour ne pas me sentir complètement étrangère en arrivant dans ce pays.