La recherche, la fantaisie, la liberté

Je pense à ces trois mots, qui sont importants pour moi.

La recherche, c’est mon travail. Avec l’enseignement, bien sûr. Un monde de rigueur, de coupage de cheveux en quatre (chez nous, on dit plus volontiers couper les epsilon en quatre, et ça a exactement le même sens), de compétition. C’est aussi, et on ne le dit pas assez, un monde de liberté, puisqu’on cherche en fonction de nos idées, de nos intuitions, de nos motivations. Il n’y a pas, ou ne devrait pas y avoir, de dogme, d’habitude sclérosée, car tout est à ré-inventer, avec pour seul jugement: est-ce que ça marche, est-ce que ça fait avancer la connaissance…

J’essaie aussi, d’y mettre un peu de fantaisie, pour satisfaire mes propres goûts. Pas facile tel quel, mais j’essaie de l’introduire par petites touches, avec de belles illustrations, des figures claires, ou des parallèles inattendus. Je suis persuadée qu’un peu de fantaisie peut aider à voir les choses autrement, et donc à avoir des idées nouvelles.

 

Publicités

Lavande et Bigaradier

Depuis quelques jours, je me suis mise, assidûment aux huiles essentielles de lavande et de petit grain bigaradier, le soir.

Une pharmacienne, me sentant avide de conseils, m’a donnée un fascicule décrivant une cinquantaine d’huiles essentielles différentes. Bien que sceptique au départ, je suis maintenant plutôt convaincue de l’efficacité de ces petits flacons en cas de rhume en hiver. Et je teste donc l’application dans le creux des coudes, le soir, pour me détendre. La détente, c’est un peu plus subjectif que la disparition des symptômes grippaux, donc difficile de conclure quelque chose. Mais j’aime l’odeur de la lavande et du petit grain bigaradier, et une fois que j’en ai mis, j’ai presque l’impression de me glisser, après un bon bain, dans des draps frais et accueillants. J’ai l’impression de revenir en enfance, à un moment où je me sentais en sécurité auprès de mes parents. Donc j’aime bien.

J’ai commencé à lire le roman de Nick Hornby « Funny Girl ». Pour le moment, j’accroche comme à une bonne série avec des personnages bien construits.  J’arrive à nouveau, depuis trois semaines, à consacrer vraiment du temps à lire de nouveaux livres, et ça me fait du bien.

Sinon, je viens de passer un week-end un peu différent de nos habitudes. Mon chéri est parti faire du bateau avec des collègues, et je suis restée à la maison avec les enfants. Je n’ai pas prévu grand chose, à part un repas avec une copine et ses enfants, mais je me suis laissée porter par les occasions, et finalement, nous avons fait plein de choses sympas: un café près du marché avec une amie et sa fille, un petit tour au parc improvisé, une visite de copains, des jeux dans le jardin, pas mal de discussions, des hamburgers et des frites faits à la maison… le tout sous un beau ciel bleu d’automne.  Très souvent, j’ai l’impression de ne pas réussir à échanger assez avec les gens de mon entourage, et là, curieusement, alors même qu’avec les enfants je n’aurais pas dû avoir beaucoup de disponibilité mentale, j’ai comblé mon besoin de discussion et de contacts humains. C’est peut-être dû au fait que, pour une fois, j’ai décidé de prendre mon temps, et de me relâcher. Je n’ai donc pas fait grand chose, mais ça m’a fait beaucoup de bien….