Lecture sur le bouddhisme

J’ai commencé à lire un livre d’entretiens entre Jean-François Revel et son fils qui est devenu moine bouddhiste: Mathieu Ricard. Ils confrontent leurs idées à propos du Bouddhisme. Je trouve ce livre très intéressant car Mathieu Ricard parle du Bouddhisme avec les mots d’un scientifique. Ce qui n’est pas du tout étonnant puisqu’avant de devenir moine il a passé une thèse en biologie. Donc son langage, ses arguments me parlent. Malheureusement, j’ai oublié ce livre dans ma belle-famille lors du dernier week-end prolongé, donc je ne peux pas en copier de citation pour donner une illustration. Une prochaine fois peut-être.

En tout cas, j’aime l’idée de passer du temps à chercher à comprendre ce qui se passe dans notre tête, d’où naissent nos pensées, d’où nait le sentiment de souffrance, j’aime tout simplement l’idée, un peu désuète maintenant, de chercher à consacrer du temps à devenir une meilleure personne, plutôt que de travailler sa réussite sociale, professionnelle… Je ne sais pas si c’est le message à retenir de ce livre, mais c’est ce dont il me donne envie.

Il y a aussi pas mal d’idées qui parlent à la scientifique, ou en tout cas à la mathématicienne en moi: l’idée d’impermanence, de continuité de la conscience (si j’ai bien compris), et aussi, paradoxalement, le fait que la science qu’un chercheur pratique est surtout descriptive, et n’entre pas forcément en conflit avec d’autres types de connaissances. Je veux dire par là, que dans la recherche on est en permanence cernés par des choses inconnues ou qu’on comprend peu et mal. Donc le fait que certains champs de la connaissance soient hors de notre portée pour le moment, voire n’aient pas encore assez intéressé la science occidentale pour qu’elle les ait étudié suffisamment, ne me surprend pas forcément. Pour autant, je n’ai pas envie de croire à n’importe quelle thérie farfelue, je constate simplement qu’on a encore plein de choses à découvrir. Pour s’en rendre compte, reportons nous mentalement quelques dizaines d’année en arrière par exemple, et pensons dans ce contexte au fait d’échanger des informations en une fraction de seconde avec le monde entier, ou de reconstituer des images directement à partir des informations du cerveau, ou encore d’utiliser des microrobots qui se déplacent dans le corps humain pour des traitements médicaux. Toutes ces nouveautés m’auraient semblé complètement invraisemblables, dignes de la science fiction.

Publicités

2 réflexions sur “Lecture sur le bouddhisme

  1. C’est un message auquel je suis très sensible, parce que c’est aussi à mon avis une des bases de l’approche scientifique. Penser par soi même, tout en étant capable de s’inspirer d’autres et d’apprendre de leur expérience. Mais je ne connais pas bien le Bouddhisme. Et toi?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s