Recherche esthétique

En ce moment, j’éprouve un regain d’intérêt pour la notion d’élégance. Aussi bien physique, visuelle, que morale. Comme d’habitude, cela provient du fait que cette notion est assez éloignée de ma vie de tous les jours, et peut-être aussi de ma manière d’être, de communiquer, plutôt directe et basique.

Je m’interroge, sur les gens qui arrivent à communiquer de manière douce, polie, et néanmoins efficace, dans des situations délicates. J’arrive à faire chacun des trois, mais pas en même temps. Je ne mets pas assez de distance entre moi et le sujet. Mais je n’écris pas ça pour me plaindre de moi-même. Juste parce que je me demande d’où vient ce talent aux personnes qui le possèdent. Je vois bien qu’en ce qui me concerne le terrain est resté en friche de longues années durant. Je suis donc fascinée par les personnes qui ont cultivé ce talent, ou chez qui il a poussé naturellement. Il me semble qu’il provient d’une capacité à sortir un peu de soi, à s’imaginer à la place de l’autre, ce qui permet de s’exprimer pour être compris sans heurter l’autre, et non pas juste pour réagir à chaud. Ce n’est pas juste de l’empathie, mais plutôt la manière de bien interprêter les signaux de l’autre, et de réagir ensuite de manière posée et proportionnée.

DSC01846

En ce qui concerne l’élégance extérieure, je suis un peu fascinée par ces filles, notamment sur certains blogs, mais aussi dans la vraie vie, qui réfléchissent à l’harmonie de leurs tenues, prennent le temps de se maquiller, de choisir de beaux objets pour les entourer. Je ne fais rien de tout ça, ou presque, par crainte d’y perdre du temps, mais finalement, ne sombre-je pas dans l’excès inverse? Un peu d’ordre, d’harmonie, ca serait peut-être plus apaisant pour les yeux… j’ai envie que les choses (au sens large) autour de moi, y compris moi-même, soient bien, en bon état, harmonieuses…

Alors j’essaie de trier un peu, de ranger un peu. De libérer de l’espace, même s’il est beaucoup pris par les enfants et que je ne souhaite pas empiéter sur leur terrain de jeu.

J’ai grandi dans des maisons pleines de bazar, et mon mari aussi, alors ce n’est pas facile de lutter contre des habitudes, mais peut-être que peu à peu….

Publicités

El capitan, Yosemite

Il y a quelques jours, deux grimpeurs ont escaladé en libre l’un des grandes parois les plus difficiles du monde dans le parc du Yosemite aux Etats-Unis. Le passage le plus dur était côté 9a, un niveau de difficulté qui n’existait pas encore il y a 15 ans, et que très peu de grimpeurs non-pro peuvent atteindre, à mon avis. Pour réussir cette ascension, il leur a fallu 7 ans de préparation. (Pour plus de détails, lire le – passionant- article du Monde)

Personnellement, je n’ai pas beaucoup de gout pour les grandes parois très verticales. Ca ne m’embête pas d’être à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, mais j’aime bien faire des relais (là où on fait les maneuvres de cordes, entre deux longueurs à escalader) sur des vires un peu horizontales. Je peux me forcer, un peu, mais cela m’enlève du plaisir à grimper. En tant que grimpeuse, je n’en admire donc que davantage leur exploit. En tant que grimpeuse, mais pas seulement. Je les admire aussi, indépendamment de mon gout pour l’escalade, car ces deux gars ont une manière de vivre leur vie et leur passion tellement entière…

Souvent, très souvent, je me dis qu’on passe beaucoup de temps, et qu’on dépense beaucoup d’énergie, à remplir des cases qui ne nous correspondent peut-être pas. Bien sûr, il faut le faire un peu, mais sans laisser cette bureaucratie mentale nous envahir trop. Je suis à la fois très indépendante d’esprit, et de manière contradictoire, très soucieuse de « bien faire les choses ». Entre ces deux traits de caractère antagonistes, mon comportement oscille. Le fait d’avoir des enfants me place naturellement dans des cadres bien établis, et j’en suis heureuse. Mais cela me fait du bien de me rappeler que ce qui me rend heureuse, en dehors des personnes que j’aime, ce sont mes passions, et non pas de cocher les bonnes cases

Nantes

Cette semaine je suis allée assister à une soutenance de thèse, et donner un séminaire, à Nantes, côté mécanique des fluides. C’était très intéressant, ça m’a rappelé ce que j’étudiais en thèse, et donné envie de m’y remettre. Très motivant aussi, de me rendre compte de la différence de culture entre labo de mathématiques et labo de mécanique, même si nos études tournent toutes autour de la simulation numérique. De mon côté, je cherche à développer de nouvelles méthodes, eux souhaitent surtout disposer de méthodes efficaces dans les cas les plus exigeants. Cette contrainte de réalisme est moins forte chez nous, mais je me suis dit qu’il était sans doute utile de ne pas l’oublier… Les personnes que j’ai rencontrées étaient à la fois intéressantes scientifiquement, et sympathiques, et j’espère avoir l’occasion de collaborer avec elles à l’avenir.

J’ai profité des soldes pour acheter une robe dont je rêvais depuis quelques semaines. J’ai beaucoup trop de robes, mais je n’arrive pas à quitter les anciennes, et de temps en temps, de nouvelles me tapent vraiment dans l’oeil… Par contre, je suis régulièrement tentée par l’idée de mettre des chaussures plus féminines, c’est-à-dire avec des talons, voire d’acheter de vrais escarpins noirs, mais certaines de mes journées types ne me paraissent vraiment pas possibles avec ce genre de chaussures: les 4 étages, le vélo, le Petit Chat à porter, les multitudes d’affaires à ramasser par terre, les trottoirs pas droits…ou alors des chaussures très très confortables… Je sais qu’il en existe, car mes chaussures de mariage sont de ce type, mais elles sont alors vraiment très chères… pour franchir le pas il faudrait que je sois absolument convaincue de les porter souvent.

Mes enfants: instantané du moment

Ce soir quand je la couchais ma fille m’a dit qu’elle aimerait bien avoir une petite soeur. Je lui ai dit, peut-être un jour, mais pas tout de suite… Ca m’a fait plaisir, qu’elle envisage de voir un nouveau bébé arriver, du haut de des trois ans et demi, parce que j’ai pensé que ça voulait dire qu’elle était contente d’avoir son frère.

Les deux s’entendent très bien en ce moment. Ils se font des calins, parfois un peu rugueux, parfois pas au bon moment, mais des calins bien affectueux quand même. Ils rigolent ensemble. Je fais des courses poursuite à quatre pattes avec eux, et ils s’enfuient en rigolant pour se cacher au même endroit. Evidemment, j’adore faire ça, même si mes genoux se plaignent un peu.DSC02173

J’ai décidé de leur donner un surnom dans le cadre de ce blog: Petit Chat pour mon petit garçon, et Petite Sirène pour sa grande soeur. Au début je ne voulais pas, mais c’est plus facile pour parler d’eux…

Pour Noel, plusieurs des jouets reçus par Petit Chat sont en fait tout à fait de l’âge de sa soeur: un camion de pompier, un petit train, des planches et cubes en bois. C’est chouette, parce qu’ils peuvent y jouer à deux. Et pour une fois, c’est le petit qui « prête » ses jeux à la grande…

Grande nouvelle, Petit Chat sait dire « non », et « papa », depuis ce week-end. Quand il a vu qu’on avait compris son « papa » articulé bizarrement, son visage s’est illuminé. J’adore cette manière des bébés de ne rien dissimuler.

Ma fille, au contraire, est déjà très forte pour nous manipuler un peu. C’est très intéressant à observer aussi. Comme un petit jeu entre elle et nous. Ce n’est jamais par une intention mauvaise, mais juste pour arriver à un but, souvent bien innocent: perdre un peu de temps avant d’aller se coucher, négocier une page de livre du soir en plus… Il n’y a pas de mensonges entre nous, simplement parfois (et des deux côtés dois-je avouer), une manière contrôlée de présenter la réalité.

.

Nouvelle année, liberté

Pour cette nouvelle année, je me souhaite toutes les choses de la liste du post précédent, en bonnes quantités.

Egalement, plein plein plein d’énergie, et un petit vent de liberté, de fantaisie et d’humour, pour me décoiffer un peu, me sortir de mes chemins bien balisés.

Un peu de rêve et d’esthétique. Un peu de temps agréablement perdu, au milieu de mes journées plutôt remplies et rationalisées.

Je me souhaite aussi de me sentir libre de faire ce dont j’ai envie, sans penser à des contraintes qui n’en sont pas toujours.

Je me souhaite aussi de belles courses à pied, un genou en bon état (je dis ça parce qu’il me fait un peu mal en ce moment), des séances piscine, du roller, des concerts de jazz, et des discussions intéressantes à bâtons rompus avec qui le voudra bien…

Je souhaite à ma petite famille la santé, et la joie d’être ensemble.

Je souhaite à ma famille du bonheur, juste du bonheur. Qu’il revienne s’installer ou qu’il se maintienne.

Je souhaite à mes amis du bonheur aussi, et, un peu égoistement, de bons moments passés ensemble.DSC01790