dernier jour avant les vacances

et j’ai bien hâte qu’elles arrivent!

Un petit bilan de l’année écoulée:
un postdoc obtenu sur une proposition qui m’était propre, une installation définitive à Bordeaux de mon chéri, un beau bébé très souriant, une petite fille qui a beaucoup grandi et fait une place à son petit frère, une organisation de mariage (et un mariage), pas mal de week-ends avec les copains, une traversée de la France aller et retour en train seule avec mes deux loulous (dont un qui ne tenait pas assis), une recette de muffins aux framboises adoptée, adaptée, super simple, super bonne, super rapide, 4 kilos de perdus par rapport à avant la grossesse, un allaitement complet pendant 6 mois et demi, une reprise du boulot speed mais positive, un résultat de recherche que j’espérais depuis presque deux ans, une nouvelle couche de béton spécial pour recouvrir le plan de travail de notre cuisine

je (on) n’a pas chômé!!

Malgré la fatigue, parfois la mauvaise humeur, je pense que cette année a été l’une des plus heureuse et positive de ma vie, et je suis en plus assez contente de moi!

Maintenant, quatre semaines de semi-repos, avec l’espoir de renouer avec la montagne et l’escalade…

jogging – fin d’année

Hier soir je suis allée faire un petit jogging. Pas longtemps, pas vite, parce que je reprenais, et je ne voulais pas forcer, mais ça m’a tout de même fait beaucoup de bien. A force de ne plus faire de sport (j’exclus de cette considération le vélo comme moyen de transport, parce que ce n’est pas très intense), j’en arrive à oublier que j’ai besoin d’en faire, que ça m’aide à me défouler, que ça me donner de l’énergie. J’ai l’impression que j’avais arrêté depuis si longtemps (pour cause de ré-éducation un peu longue) que j’avais oublié tout le bien que ça me fait, et combien je me sens d’habitude comme une lionne en cage quand je ne peux pas en faire.
Heureusement, avec les vacances qui approchent, je vais pouvoir continuer sur ma lancée: me baigner, marcher, courir, grimper, … (voler qui sait?).

Ces dernier jours j’ai l’impression que toute la tension des préparatifs du mariage retombe, et que ça me laisse un peu lessivée par cette demi-année si intense. je suis un peu grognon. Je vois bien que mon chéri aussi. Il nous faut un peu de temps pour souffler, du repos, mais avant tout de l’évasion. Encore une fois: ca tombe bien: les vacances arrivent à la fin de la semaine.

Comme chaque année je stresse un peu parce que je n’aurai pas fini tout ce que je voulais faire pour le boulot, mais d’un autre côté j’ai tout de même la satisfaction d’avoir fait plein plein de choses visiblement pas trop mal, donc je pense que je vais réussir à refouler ce petit stress dû au léger inconvénient d’avoir un boulot trop passionnant. N’oublions pas d’ailleurs que la passion n’a pas que des aspects agréables, mais peut aussi faire souffrir… je crois bien que mon boulot est donc une véritable passion pour moi, dans tous les sens du terme!

Je ne suis pas sûre de publier sur ce blog pendant les vacances: j’aime bien l’idée de me déconnecter pour de bon, même si y écrire me manquera peut-être. A la rentrée en tout cas!

Etat des lieux

Un petit pêle-mêle:

– la nuit dernière, j’ai rêvé que je refaisais de l’escalade. J’y ai pas mal pensé aujourd’hui. Grimper me manque, et une fois que j’aurai repris, je me sentirais redevenue complètement moi-même, par opposition à la femme enceinte qui ne pouvait plus en faire…

– j’ai arrêté aujourd’hui de tirer mon lait. L’idée, c’est de donner à mon bébé des biberons de complément même le week-end, afin qu’il s’habitue à en boire à la maison (alors que pour le moment, il n’en boit qu’à la crèche). Ainsi, quand je partirai une semaine au Canada mi-Août, la transition sera plus facile, et son papa le nourrira plus facilement. Arrêter de tirer mon lait, c’est évidemment commencer le début du sevrage, et il est fort possible qu’après cette semaine au Canada, mon allaitement sera fini. Ca me fait un petit quelque chose au coeur, même si la voix de la raison me souffle qu’il aura alors presque 9 mois, donc un âge tout à fait raisonnable pour arrêter, que ce voyage est une bonne occasion de le faire, et que ca va me redonner de la liberté, par exemple celle de mettre des vêtements sans me demander s’ils sont pratiques pour allaiter sans me mettre à poil. Et ne plus tirer mon lait, quel gain de temps, quelle contrainte en moins!

– je pense que le rêve à propos de l’escalade n’est donc pas anodin: une parenthèse se termine peu à peu… Je ne m’y sens pas encore prête, mais un peu plus qu’il y a quelques semaines…

Juillet

Ce mot me fera toujours penser à la belle publicité pour le parfum de Kenzo, qui date de, ouh, bien 15-20 ans: une fée perchée sur le flacon en forme de feuille, et une succession de mois:
Janvier, février, Mars, Avril, Mai ,Juin, Juillet, Juillet, Juillet…
(voir par exemple: http://yesterdaysperfume.typepad.com/yesterdays_perfume/2011/08/parfum-dété-by-kenzo-1992.html)

Il ne fait pas beau chez moi en ce moment, mais j’ai tout de même ce sentiment d’été. Des odeurs de figues, de jasmin, d’herbe, de la chaleur, de la lumière… (et tout ça en bas de mon immeuble, veinarde que je suis).
Un aspect éphémère aussi. Même si en Gironde l’été dure très souvent vraiment trois mois, je trouve que les premiers jours de Juillet ont un côté unique.

Just married

Ca y est, le mariage est passé.
Globalement, tout s’est très bien passé. C’était un peu la course le jour et le matin juste avant, mais ne serait-ce pas toujours le cas? En fait, on ne se marie pas très souvent (j’espère bien que ce sera la seul et unique fois dans mon cas!), donc c’est dur de savoir comment ca se passe en général, mais bon, j’imagine qu’on n’est pas très différents des autres.
Une petite différence peut-être quand même, comparé à d’autres futurs époux, c’est que notre famille étant loin, elle n’a pas pu beaucoup participer à l’organisation, ou alors au dernier moment, ce qui fait que ce n’était pas facile au début de leur déléguer des choses. Mais ensuite, ils nous ont bien aidé..
Lire la suite « Just married »